Le monde des loisirs

Un design de fleurs

La célèbre créatrice victorienne du mouvement Arts and Crafts a déclaré en 1880: «Ne sachez rien d’utile dans vos maisons, ou croyez-le beau.» Treize décennies plus tard, Londres prend cette déclaration, en particulier la dernière clause – très au sérieux. Les intérieurs sont chauds en ce moment. Peut-être que c’est un désir de se réfugier dans un bunker magnifique, loin des mauvaises affaires mondiales. Peut-être que, à mesure que les mondes de la mode et de l’intérieur se rapprochent (voir Shrimps x Habitat, Dolce & Gabbana x Smeg, les beaux articles ménagers de Preen), nous voulons que nos maisons soient aussi bien habillées que nous. Nous pouvons désigner Instagram comme l’une des principales causes de cette situation. Il y a plus que  50 millions de postes #interiordesign et tous nos gourous intérieurs sont des disciples d’Insta. Les messages sont partagés entre l’inspiration – Instagram en tant que moodboard public – et, bien, en montrant. Et pourquoi pas? Maintenant que l’Internet nous donne accès à des trésors dans le monde entier, c’est devenu une forme d’art. La tendance a amené une nouvelle foule d’influenceurs au premier plan, dont beaucoup sont des amis et se soutiennent mutuellement. Dites bonjour aux initiés de l’intérieur de Londres… Gynelle Leon n’a pas emprunté une voie conventionnelle dans le monde horticole. Avant de lancer la première boutique de succulents et de cactus à Londres, Prick, à Dalston, 32 ans, était un banquier avec une maîtrise en sciences judiciaires. Mais une rupture a provoqué une réévaluation de sa vie: Leon a vendu son appartement, a voyagé en Amérique du Sud et est revenue pleine de connaissances botaniques. Des connaissances que Kitten Grayson construisait depuis des années. La fleuriste, âgée de 33 ans, travaille avec des fleurs depuis plus de dix ans et a rencontré son mari, un grossiste en fleurs, à New Covent Garden Market. Bien qu’ils se concentrent sur différents aspects de l’horticulture domestique, Grayson crée des présentoirs extravagants pour des personnalités telles que L’Oréal et Proenza Schouler, tandis que les cactus de Leon sont des sources plus subtiles de «bien-être». Grayson aide ses clients à replanter les fleurs qu’elle leur propose pour les fêtes, tandis que Leon a la nature à ses côtés: «Cacti peut nous survivre. J’en ai un de 54 ans. »  Quelles fleurs allons-nous voir cet automne? Grayson: «Les fleurs dramatiques, stratifiées et texturées sont très populaires; vers Noël, il y aura beaucoup de roses blanches, de couleurs de bijoux et d’églantiers. » Souce : le guide luxe.


Profiter du ferroviaire

Les investissements de développement (lignes nouvelles) font l’objet d’une concertation approfondie, qui s’appuie notamment sur une évaluation socio-économique. Les investissements de renouvellement et de modernisation échappent aujourd’hui à une telle procédure, malgré les obligations créées par le décret 2013-121156. Dans un contexte de forte contrainte budgétaire du gestionnaire d’infrastructure, il apparaît indispensable d’éclairer les choix d’investissements par des évaluations socio-économiques, qui permettront d’établir un ordre de priorité dans les projets. Les investissements de modernisation de l’exploitation du réseau permettront d’augmenter les capacités et d’améliorer la qualité de service. Comme ils se substituent généralement à des investissements de renouvellement à l’identique, leur effet sur les recettes commerciales (gains de trafic donc de recettes) et sur la productivité (notamment la commande centralisée du réseau) permettent de les financer assez largement, et en totalité pour les plus pertinents. Compte tenu des délais imposés par l’Union Européenne concernant le déploiement d’ERTMS, et des enjeux de modernisation de l’exploitation du réseau, il paraît nécessaire d’actualiser la trajectoire d’investissements prévue au contrat de performance Etat-SNCF Réseau. Cette actualisation doit s’appuyer sur une vision globale et synthétique des enjeux et des besoins de financement. Il s’agit en particulier de revenir sur une impasse majeure de la trajectoire actuelle, concernant la régénération des installations de signalisation, de l’ordre de 400 millions d’euros. Il conviendrait de confier à SNCF Réseau, pour actualiser le Grand Plan de Modernisation du Réseau proposé en 2013, l’élaboration de programmes de modernisation, en fonction des logiques de déploiement (par type de composant de l’infrastructure, par axe ou par région), pour préciser les enjeux de performance, détailler les investissements nécessaires pour y répondre, et évaluer l’intérêt socio-économique de ces investissements. Ce travail permettrait de classer les différents programmes par ordre de priorité, en fonction de leur intérêt socio-économique et de leur capacité à s’autofinancer.


Argentine: le vol de « la mort »

Deux anciens pilotes militaires argentins ont été condamnés à perpétuité à la mort d’un proche ami du pape François, qui a été projeté à la mort par un avion pendant la dictature de 1976-1983. La décision de mercredi a marqué le premier jugement argentin contre les participants aux soi-disant « vols de la mort », dans lesquels les opposants au régime militaire argentin ont été jetés dans les eaux glacées de l’Atlantique Sud pour tenter de cacher les meurtres. Le tribunal a appris que les anciens pilotes des garde-côtes Mario Daniel Arrú et Alejandro Domingo D’Agostino faisaient partie de l’équipage de l’avion Skyvan PA-51 d’où Esther Careaga et 11 autres personnes ont été jetées à mort dans la nuit du 14 décembre 1977. Careaga était un ami proche de Jorge Bergoglio, qui quelques décennies plus tard est devenu le pape François. Les pilotes étaient parmi les 54 accusés dans l’énorme procès, qui a également impliqué le 789 victimes de l’École supérieure de mécanique navale, ESMA, à Buenos Aires, où près de 5 000 personnes auraient été tuées. Les victimes comprenaient des opposants de gauche au régime et des membres des minuscules groupes de guérilla urbains en Argentine, mais aussi des militants des droits de l’homme et des proches de personnes qui avaient déjà été «disparues» par l’armée. Des agents de renseignement de la marine ont infiltré des groupes d’activistes – comme le groupe de défense des droits des mères de la Plaza de Mayo, composé de mères de personnes disparues telles que Careaga, qui attiraient l’attention des médias internationaux sur les violations des droits humains en Argentine. Careaga a été saisie par l’armée après avoir dénoncé la disparition de sa fille enceinte de 16 ans, Ana María. Avec deux soeurs françaises et neuf autres, elle a été jetée d’un avion qui a quitté l’aéroport de la ville dans la nuit du 14 décembre 1977. La cour a constaté que Arrú et D’Agostino avaient piloté le vol de trois heures. Le corps de Careaga, avec ceux d’un des religieuses, Léonie Duquet et deux autres mères, Azucena Villaflor et María Bianco, se sont échouées six jours plus tard et ont été enterrées dans une fosse commune. Leurs restes ont été identifiés uniquement par des tests ADN en 2003. Jorge Bergoglio a rencontré Careaga lorsqu’il travaillait comme apprenti dans un laboratoire pharmaceutique à Buenos Aires au début des années 1950. Careaga était une féministe très en avance sur son temps, une biochimiste et le patron de Bergoglio. Bergoglio et Careaga ont développé une étroite amitié qu’ils ont maintenue jusqu’au moment de son enlèvement par un escadron de la mort de l’ESMA dans la soirée du 8 décembre 1977. « Careaga était un bon ami et une grande femme », a déclaré Beroglio, alors archevêque de Buenos Aires, lorsque les corps des trois mères ont été identifiés en 2003. La portée des crimes faisant l’objet de l’enquête au cours du procès de cinq ans était époustouflante. Au total, 484 cas correspondaient à des personnes assassinées ou «disparues» à l’ESMA. Les 305 cas restants concernaient des survivants d’enlèvements et de tortures ainsi que des enfants nés en captivité dans le camp. Dans la plupart des cas, les bébés ont été remis aux couples militaires qui les a élevés comme leurs propres tandis que leurs vrais parents ont été assassinés. Ce n’est que des décennies plus tard, grâce au travail de détective patient d’un autre groupe de défense des droits humains, les Grand-mères de la Plaza de Mayo, que beaucoup de ces victimes ont été réunies avec leurs familles biologiques. Un total de 830 témoins ont témoigné, y compris le pape François, qui a témoigné en 2010 sur la disparition de deux prêtres jésuites, Orlando Yorio et Franz Jalics. « A cette époque, tout prêtre qui travaillait parmi les pauvres était la cible de soupçons de certains secteurs », a déclaré Bergoglio lors de son témoignage en 2010. « C’était très commun, si quelqu’un allait travailler avec les pauvres, ils étaient considérés comme gauchistes. » Source de cet article, le spécialiste du bapteme en avion de chasse.


Les cyberviolences

Telles que l’ont montré les études de la dernière décennie, les cyberviolences ne s’exercent pas sans lien avec les expériences en présentiel. Elles doivent être considérées comme partie intégrante de comportements violents plus larges. Les enquêtes ont établi un lien statistique fort entre les épisodes de cyberviolence et ceux de violence dite traditionnelle, laissant entendre qu’ils pouvaient s’inscrire en continuité les uns des autres. Plus particulièrement, les cyberviolences doivent être considé- rées comme des violences interpersonnelles intervenant dans un périmètre de proximité soit géographique, soit relationnelle, et ce pour au moins deux raisons. D’abord, elles ne se construisent pas indépendamment des violences exercées en présentiel (soit dans l’espace de l’école, de la rue, du quartier, etc.), mais s’inscrivent en dialogue avec elles. Les élèves impliqués dans les cyberviolences, que ce soit en tant que victimes ou agresseurs, sont souvent les mêmes que ceux et celles qui le sont dans la vie ordinaire, le cyberespace assurant parfois l’impulsion initiale, parfois le relais des comportements agressifs constatés en présentiel. Être victime en ligne augmente ainsi le risque de l’être hors ligne et vice versa. Bien entendu, les violences engendrent un niveau de détresse plus important pour les élèves qui cumulent les victimations en ligne et hors ligne. Les cyberviolences sont donc à comprendre comme des violences de proximité qui procèdent par aller-retour entre ces différents espaces, où elles peuvent respectivement se diffuser, s’étendre, voire prendre d’autres formes. Le cyberespace ne constitue pas un espace séparé, délimité, isolé. Les relations sociales comme les violences transitent du présentiel au cyberespace, conduisant plutôt à ébaucher un présentiel augmenté, une extension de la relation en co-présence. Dans ce sens, le cyberespace appartient à la même réalité sociale que l’espace présentiel. D’ailleurs, contrairement à certains cas médiatisés5, une majorité de cyberviolences sont le fait de pairs plutôt que d’étrangers mal intentionnés (stranger danger).


De la BMW au stage F1

La BMW continue à dominer les marchés des voitures de luxe dans le monde entier alors que de plus en plus de joueurs automobiles entrent dans l’arène. La technologie automobile a définitivement changé de façon exponentielle au cours des 50 dernières années. Avec l’entrée de plus de fabricants d’automobiles dans le marché mondial la concurrence s’est intensifiée que chaque constructeur automobile tente de faire ses preuves. Bien que ce soit une affirmation que la plupart de ces constructeurs automobiles ont apporté des caractéristiques vraiment merveilleuses aux voitures qu’ils ont produites, quelques constructeurs automobiles continuent à dominer les divisions de luxe. L’un d’eux est la BMW. Il existe de nombreuses marques de la BMW (Bayerische Motoren Werke AG), mais une marque qui a suscité l’attention est la version utilitaire sport x5. Un nouveau x5 est une merveille technologique. BMW a été un peu en retard dans le marché des VUS, mais quand il l’a fait, il s’est bien représenté. Cette déclaration a été envoyée à travers le X5 qui est un véhicule utilitaire sport de nouvelle génération. Un nouveau x5 peut courir jusqu’à 55000.00 $. Cela peut être un montant considérable et en raison de la période économique difficile, beaucoup cherchent des prix d’aubaine et se sont donc résolus à la recherche d’une BMW x5 usagée. Les versions utilisées peuvent être tout aussi délicieuses selon l’état actuel et le concessionnaire. Les concessionnaires automobiles comme CarMax veillent tout particulièrement à ce qu’un modèle usagé corresponde aux normes de qualité actuelles. Cela signifie que des tests approfondis sont effectués sur le modèle réel pour s’assurer que tout est en forme. Une BMW x5 d’occasion peut vous coûter entre 20 000 $ et 45 000 $ selon les caractéristiques installées. Le x5 est généralement à 4 portes et est livré avec des caractéristiques SUV standard. Il a un moteur 8 cylindres v8 32v qui est principalement alimenté par l’essence. Les marques hybrides sont toujours en cours. L’extérieur s’écarte un peu des modèles de SUV « Big Three » standard en ce qu’il semble être plus compact. Il est équipé d’une transmission à 5 vitesses ou automatique qui bénéficie d’une stabilité dynamique permettant aux passagers de profiter des manèges les plus doux du monde automobile. L’intérieur est équipé d’une climatisation contrôlée par climatisation qui utilise un contrôle de température informatisé. Cela signifie que l’avant de la voiture peut avoir un réglage de température entièrement différent des sièges arrière. Certains modèles sont équipés d’accessoires supplémentaires tels qu’un lecteur DVD auxiliaire avec un écran qui s’ouvre beaucoup comme celui d’un avion. Le système audio est Bose, qui offre aux clients une couche supplémentaire de luxe. Les enceintes sont des enceintes optiques idéales pour un son d’orchestre de très haute qualité. Les autres caractéristiques comprennent des sièges chauffants, deux commandes de température, régulateur de vitesse et des vitres teintées. Il est également livré avec des freins ABS antiblocage et deux airbags. Les modèles plus récents sport airbags latéraux. La plupart des caractéristiques qui sont préinstallées dans la plupart des véhicules haut de gamme se retrouvent également de série sur le X5 comme la direction assistée, les vitres électriques, les balais d’essuie-glace avant et arrière, les rétroviseurs latéraux automatiques et autres. A lire sur le site du Stage de F1.


Impunité en Guinée

En février de l’année dernière en Guinée, un capitaine de la brigade anticriminalité de Kipé, un quartier de Conakry, a été arrêté et inculpé pour des actes de torture commis sur un homme en garde à vue en mars 2016. Au moins 10 autres gendarmes et policiers avaient été suspendus à la suite de ces faits, mais aucun n’a été déféré devant un juge. Des progrès ont été réalisés dans l’affaire du massacre commis au stade de Conakry en septembre 2009, lors duquel plus de 150 manifestants non violents avaient été tués et au moins 100 femmes violées. En mars, le Sénégal a extradé Aboubacar Sidiki Diakité, qui était en fuite depuis des années, pour qu’il puisse répondre en Guinée d’accusations liées aux événements survenus dans le stade. Cet homme avait été l’aide de camp de Moussa Dadis Camara, qui était à la tête de la junte militaire en 2009. Plusieurs personnes inculpées de charges liées aux homicides et aux viols occupaient toujours des postes d’influence, y compris d’anciens hauts responsables de la junte militaire comme Mathurin Bangoura, Moussa Tiégboro Camara et Claude Pivi. En novembre, les juges d’instruction ont annoncé que l’information judiciaire était terminée ; toutefois, aucun des auteurs présumés n’avait été traduit en justice à la fin de l’année. En septembre, un collectif de victimes a intenté une action contre Sékouba Konaté, qui avait été ministre de la Défense en 2009 et président de la transition en 2009 et 20101. Les procédures judiciaires engagées contre des membres des forces de sécurité pour des violations des droits humains commises lors de manifestations organisées à Conakry entre 2011 et 2017 et à Zogota en 2012, et lorsque les forces de sécurité occupaient le village de Womey en 2014, n’ont pas progressé.


Les députés en toute impunité

En informatique, les virus ont ceci de positif qu’ils montrent les failles du système, et qu’on peut de fait les corriger. L’affaire Fillon est semblable à un virus, et il nous faut maintenant corriger les failles révélées. Jeudi dernier, on m’a envoyé à Washington pour un incentive, et j’ai parlé de ça toute la journée avec les personnes présentes. Et ce fut tout à fait instructif. J’ai notamment découvert comme cette controverse a offensé les français. Quel que soit le bord politique, l’exaspération était profonde parmi les participants. Même ceux qui supportaient Fillon depuis les tout début le défendaient mollement : ils étaient carrément dégoûtés par les agissements du bonhomme. Cette histoire a révélé une fois encore la justice à deux vitesses qui est à l’oeuvre. Mais le pire, dans tout ça, reste selon moi l’attitude de Fillon dans cette épreuve. C’est simple, il ne fait plus du tout dans la dentelle. Du personnage digne et tout en retenue, il n’y a plus aucune trace. Fillon a joué les maris blessés, condamné les journalistes à chacune de ses interventions… Fustiger ces derniers est bien sûr une défense habituelle dans de telles affaires : c’est le meilleur moyen de ne pas avoir à répondre aux faits qui sont reprochés. La base du problème, c’est que nos représentants considèrent le pays qu’ils dirigent comme une source de revenus sans fonds. Les libertés qu’a pu prendre de Fillon durant des années ont trahi le fait qu’il n’y a aucun organisme pour réguler la comptabilité de ces élus : ceux-ci sont totalement en roue libre. Il serait vraiment temps de mettre de l’ordre dans ce paradis (fiscal) parlementaire. Et cela arrivera, tôt ou tard. L’on va vers de plus en plus de transparence, même si c’est toujours à reculon. Des années durant, par exemple, l’Elysée n’a pas été subordonné à un devoir de transparence. Jusqu’à l’ère Sarko : ce dernie ra en effet fait en sorte que les dépenses de l’Elysée soient vérifiées par une autorité extérieure. Et depuis cette époque, les dépenses présidentielles sont scrutées au peigne fin ! Et ça n’a rien d’anomal dans une démocratie : il faudrait vraiment qu’une autorité puisse inspecter les dépenses de nos élites. En tout cas, j’ai trouvé cet incentive aux USA très divertissant. L’agence qui la mené à bien a fait un travail remarquable tout du long.