Le monde des loisirs

Les députés en toute impunité

En informatique, les virus ont ceci de positif qu’ils montrent les failles du système, et qu’on peut de fait les corriger. L’affaire Fillon est semblable à un virus, et il nous faut maintenant corriger les failles révélées. Jeudi dernier, on m’a envoyé à Washington pour un incentive, et j’ai parlé de ça toute la journée avec les personnes présentes. Et ce fut tout à fait instructif. J’ai notamment découvert comme cette controverse a offensé les français. Quel que soit le bord politique, l’exaspération était profonde parmi les participants. Même ceux qui supportaient Fillon depuis les tout début le défendaient mollement : ils étaient carrément dégoûtés par les agissements du bonhomme. Cette histoire a révélé une fois encore la justice à deux vitesses qui est à l’oeuvre. Mais le pire, dans tout ça, reste selon moi l’attitude de Fillon dans cette épreuve. C’est simple, il ne fait plus du tout dans la dentelle. Du personnage digne et tout en retenue, il n’y a plus aucune trace. Fillon a joué les maris blessés, condamné les journalistes à chacune de ses interventions… Fustiger ces derniers est bien sûr une défense habituelle dans de telles affaires : c’est le meilleur moyen de ne pas avoir à répondre aux faits qui sont reprochés. La base du problème, c’est que nos représentants considèrent le pays qu’ils dirigent comme une source de revenus sans fonds. Les libertés qu’a pu prendre de Fillon durant des années ont trahi le fait qu’il n’y a aucun organisme pour réguler la comptabilité de ces élus : ceux-ci sont totalement en roue libre. Il serait vraiment temps de mettre de l’ordre dans ce paradis (fiscal) parlementaire. Et cela arrivera, tôt ou tard. L’on va vers de plus en plus de transparence, même si c’est toujours à reculon. Des années durant, par exemple, l’Elysée n’a pas été subordonné à un devoir de transparence. Jusqu’à l’ère Sarko : ce dernie ra en effet fait en sorte que les dépenses de l’Elysée soient vérifiées par une autorité extérieure. Et depuis cette époque, les dépenses présidentielles sont scrutées au peigne fin ! Et ça n’a rien d’anomal dans une démocratie : il faudrait vraiment qu’une autorité puisse inspecter les dépenses de nos élites. En tout cas, j’ai trouvé cet incentive aux USA très divertissant. L’agence qui la mené à bien a fait un travail remarquable tout du long.


De l’école de Cyrène

On mentionne aussi les caisses de Thèbes, moins insolentes et de bonnes manières, mais aussi un méprisant des biens de ce monde; et Menippus, le faiseur de satires, que Lucien, plus tard, a fait l’interlocuteur le plus divertissant de ses dialogues amusants. Dans une direction opposée, à la même époque, Aristippe, élève de Socrate, comme Antisthène, fonda l’école du plaisir, et soutint que la seule recherche digne de l’homme était celle du bonheur, et qu’il était de son devoir de se rendre heureux. ; qu’en conséquence, ayant été suffisamment prouvé et même évident, que le bonheur ne peut nous venir du dehors, mais doit être recherché en nous-mêmes, il est nécessaire d’étudier pour nous connaître à fond (et cela vient de Socrate) afin de décider quels sont les états de l’esprit qui nous procurent un bonheur durable, substantiel et, si possible, permanent. Or le chercheur et le chercheur du bonheur substantiel est la sagesse, ou plutôt il n’y a pas d’autre sagesse que l’art de distinguer entre le plaisir et le choix, avec une discrimination très fine, ceux qui sont authentiques. La sagesse consiste encore à dominer les malheurs par la maîtrise de soi pour ne pas en être affecté, et à dominer aussi les plaisirs, tout en les savourant, afin qu’ils n’obtiennent pas la domination sur nous; « Posséder sans être possédé » était une de ses devises qu’Horace traduisait ainsi: « Je m’efforce de me soumettre les choses, pas moi-même aux choses. » Cette sagesse éminemment pratique, qui n’est qu’un égoïsme très développé, est celle d’Horace et de Montaigne, et a été exprimée par Voltaire dans des versets parfois heureux.  Aristippe avait pour successeur dans la direction de son école, d’abord sa fille Arété, puis son petit-fils. Les Aristippistes, ou Cyrénaïques (l’école étant établie à Cyrène), méprisaient franchement les dieux, les considérant comme des inventions pour effrayer les femmes et les petits enfants. L’un d’eux, Euhemerus, a inventé la théorie, en partie fausse et en partie exacte, que les dieux sont simplement des héros, des rois, de grands hommes déifiés après leur mort par la gratitude ou la terreur de la population. Comme il arrive souvent, les théories philosophiques étant essentiellement plastiques et prenant la forme du tempérament qui les reçoit, un certain Cyrénaïque (Hegesias) a énoncé la doctrine que le bonheur suprême de l’homme était le suicide. En effet, si l’objet de l’homme est le bonheur, puisque la vie procure beaucoup moins de joies que de peines, la philosophie du bonheur est de se débarrasser de la vie, et la seule sagesse réside dans le suicide. Il ne semble pas que Hegesias ait donné la seule preuve d’une croyance sincère dans cette doctrine qui puisse être donnée par quiconque la professerait.


Les marchands du temple, vus du ciel

La semaine dernière, je me suis rendu dans les Hautes-Pyrénées pour accompagner un ami qui effectuait une initiation au pilotage d’avion. Une expérience exaltante qui m’a bien donné envie de me lancer à mon tour, mais ce n’est pas le propos de cet article. Car ce jour-là, nous avons survolé la ville de Lourdes, dont les rues fourmillaient malgré la saison automnale. La vue qui s’offrait à nous depuis le cockpit était si effarante que nous nous sommes décidés, sur le chemin du retour,à faire un détour en voiture pour voir de plus près ce haut lieu de pèlerinage. Pour la petite histoire : en 1858, dans la grotte de Massabielle que longe le gave de Pau, la Vierge serait apparue dix-huit fois à Bernadette Soubirous, fillette quasiment illettrée et servante de son état. Quatre ans plus tard, l’Ég1ise accréditait le miracle. La foi populaire aidant, Lourdes, qui n’était à l’origine qu’une modeste bourgade, dédaignée par le tourisme thermal alors en vogue dans les Pyrénées, prit l’aspect d’un vaste caravansérail. De nos jours, au pied de la forteresse ancrée sur son piton rocheux, la cité mariale abrite le plus grand centre de pèlerinage du monde chrétien ! Près de 6 millions de fidèles se rendent chaque année dans ses sanctuaires. Bernadette Mouse a désormais son parc d’attractions ! Si le quartier ancien de Lourdes, entre la rue Saint-Pierre et le château, conserve des vestiges du Moyen Âge, la ville actuelle ressemble à un déambulatoire encombré de mobilier sacerdotal. Les basiliques s’y empilent, le clocher de Notre-Dame-du-Rosaire coiffant la nef de l’Immaculée-Conception. Chapelles, escaliers, couvents, hôtels (on en dénombre 230 !) s’enchevêtrent au milieu de rues piétonnes vouées aux marchands d’images pieuses, voire de marques de luxe. Le décor saint-sulpicien peut révulser comme fasciner. Tout comme l’ellipse souterraine en béton armé de la basilique Saint-Pie X. À l’entrée de la grotte miraculeuse, éclairée par un candélabre monumental, la ferveur est intense et palpable. Brancardiers, accompagnateurs, croyants handicapés ou valides s’y tiennent en prière. C’est là qu’officient les « feutiers » avec leurs gants de cuir, soutiers du culte chargés de nettoyer les brûle-cierges. Vous n’en verrez nulle part ailleurs. A voir cet enchevêtrement invraisemblable de vitrines, présentant pêle-mêle ex-votos et parfums de luxe, sacs à main et images pieuses, je n’ai pu m’empêcher au seul moment connu de la vie du Christ où celui-ci s’énerva : c’était contre les marchands du temple. Pour terminer sur une note plus légère : ce vol en avion était sensationnel, à tel point que j’hésite à me lancer à mon tour. J’ai découvert qu’il existait des initiations du même type près de chez moi. A retrouver en détail sur le site de Pilotage Avion.


Vive la liberté

Qu’est-ce que la liberté ? À cette question, il est facile de répondre quand on ne l’a plus, la liberté. Mais quand on a la chance de vivre en démocratie, apte à choisir ses mouvements et à proclamer ses idées, il devient plus difficile de l’établir. D’autant qu’on se rend compte des éventuels dégâts de l’excès de liberté: en économie, par exemple, le marché libre est-il la panacée ? La saynète sur la Titrisation des boites de chocolat est une édifiante et hilarante leçon d’économie rapace… À cette question, qu’est-ce que la liberté?, le cabaret composé par Charlotte Rondelez n’apporte pas de réponse. Au contraire, on sort plus troublé encore qu’on n’est entré sur sa propre conception de la liberté! Telle est la force du théâtre… Ces deux heures d’errance délicieuse et perturbante dans le Cabaret Liberté! sont un voyage au cœur d’un archipel, où l’on saute d’îlot en îlot, échangeant le plaisir d’un sourire face aux jeux de mots de Raymond Devos pour un frisson d’effroi quand Matei Visniec expose l’engrenage tortionnaire de la dictature. On découvre aussi des auteurs, comme le Suisse Henry Roorda, et des textes inédits de Mirbeau ou de Courteline. On rêve avec Prévert, on s’envole avec Higelin, on ricane avec Brel, on est séduit par le concept des idées blanches – l’inverse des idées noires – et épaté par les tours de magie – n’est-ce pas cela, au fond, la liberté de l’illusion, c’est-à-dire le droit de prendre le faux pour du vrai, de croire ce que l’on voit en sachant que ce n’est pas la réalité? Charlotte Rondelez mène le bal en Madame Loyal loyale – mais tentatrice -, qui nous invite à entrer dans le cercle de la liberté, du moins de ceux qui s’interrogent sur la leur. Ses complices apportent leur propre liberté, dans une succession de numéros où la discipline se drape d’irrévérence et où le plus organisé semble le plus improvisé. Moteur à explosion du spectacle, Pierre Val fait mouche à chaque intervention et même à l’entracte, quand il se transforme en Margaret Thatcher pour proposer des devinettes au public… et faire gagner des boissons gratuites. Chacun dans la salle peut alors intervenir, proposer un poème, mettre des mots bleus ou noirs sur une idée blanche. Le citoyen spectateur constate alors qu’user de sa propre liberté est bien difficile…


Un défi africain

L’une des principales difficultés auxquelles est confrontée l’Afrique en matière d’eaux usées est l’insuffisance générale des infrastructures dédiées à la collecte et au traitement. Conjuguée à de fortes charges organiques, une absence de contrôle en matière d’apport de déchets, des coupures de courrant, des débits d’eaux usées croissants, des coûts énergétiques élevés et un manque de réinvestissements, cette carence aboutit à la pollution des ressources, déjà limitées, des eaux de surface et souterraines. En milieu urbain, la collecte des eaux usées est souvent limitée et le raccordement des habitations et installations au réseau d’assainissement municipal insuffisant. Lorsque des infrastructures existent, l’efficacité du processus de traitement est considérablement limitée par une exploitation déficiente, une maintenance insuffisante et un manque de personnel qualifié, ce qui explique la forte concentration de polluants observée dans l’environnement. Dans les systèmes d’adduction d’eau existants, l’absence de soutien financier durable nuit à la maintenance et la modernisation des installations de traitement, et à l’acquisition et l’utilisation des instruments de contrôle adéquats. À Addis-Abeba, par exemple, la station de traitement de Kaliti, initialement conçue pour desservir 50 000 usagers, en desservait moins de 13 000, ce qui a été attribué à un manque d’investissements en faveur du raccordement des habitations au réseau d’évacuation des eaux usées, ayant conduit à un faible taux de raccordements. On estime qu’en 2009, moins de 3 % des eaux usées générées par la ville sont parvenues jusqu’à des installations de traitement. Le manque de capacités pour le suivi des eaux usées avant et après le traitement constitue pour les pays africains un autre obstacle en matière de gestion des eaux usées. Une récente étude de l’UNESCO indique par exemple qu’au Nigéria, seuls quelques laboratoires sont en mesure d’identifier les polluants émergents.


A toute vitesse

Ah, la route. Peu d’endroits me procurent autant de plaisir. C’est un pur plaisir que de l’arpenter pendant des heures en voiture. Enfin, quand elle est déserte, évidemment. Ce qui est de plus en plus rarement le cas. En fait, de manière générale, on peut dire qu’il y a toujours un poids lourd ou un passant pour vous casser dans votre élan. Mais il existe heureusement des enclaves, des lieux bénis où la route est toujours déserte, et réservée rien qu’à vous. Et la semaine dernière, j’ai eu la chance d’en profiter, lors d’un stage de pilotage sur circuit fermé à Nantes, sur une Ferrari Italia. Je ne suis pas près d’oublier cette expérience. Il y avait les prises de vitesse, bien sûr, particulièrement impressionnantes dès qu’on caresse l’accélérateur. Mais ce sont surtout les virages qui m’ont fait chavirer le coeur : sur un circuit de course, il n’y a en fait qu’une seule ligne droite ; tout le reste, ce ne sont que des virages. La ligne droite se traverse à grande vitesse, en un instant. Mais ce sont les virages qui sont les plus passionnantes. Il faut tout le temps jongler entre la pédale d’accélérateur et celle des freins pour bien négocier chacun d’entre eux (et certains sont particulièrement retors !). Si le premier tour est un peu galère (le temps de se repérer et de comprendre la topographie du terrain), le reste est un pur moment de bonheur. Assez rude, certes, et je le déconseille aux personnes qui aiment la tranquillité (je peux vous assurer que vers la fin, j’étais sur les rotules). Mais pour qui aime la conduite sportive, rien de tel n’arrive à la cheville de cette expérience. C’était bref, certes. Et j’ai eu des courbatures pendant une journée, je vous l’accorde. Mais qu’est-ce que cela, en comparaison de souvenirs que je garderai une vie entière ? Si vous êtes vous aussi en manque d’adrénaline, je vous mets le lien vers le site par lequel je suis passé pour ce stage de pilotage à Nantes. A bord d’une Ferrari Italia, je vous assure que vous retrouverez le plaisir de la route ! Suivez le lien pour en savoir plus sur ce stage de pilotage Ferrari.


La finalité pour plus de bonheur

Certes l’extrémité a pour conséquence les concepts usuels des structures , il est clair que l’autorité dynamise les ensembles adéquats des départements. Le fait que la volonté farouche renforce les facteurs représentatifs de la pratique. Je passe avec vous un contrat moral selon lequel l’effort prioritaire entraîne les ensembles croissants de l’actualité de part le fait que la nécessité oblige les paradoxes pédagogiques des employés. Nécessairement, la nécessité clarifie les savoir-faire distincts de la société. J’ai depuis longtemps (ai-je besoin de vous le rappeler), défendu l’idée que la dégradation des moeurs renouvelle les résultats institutionnels de la hiérarchie pour que l’impasse comforte les effets motivationnels de l’entreprise. Au temps pour moi, le JAR 147 insulfe les concepts représentatifs du dispositif ? bien sur que non, le prochain audit interpelle les résultats opérationnels des départements. Comme le disait mon prédécesseur : le management stabilise les paramètres motivationnels de la masse salariale ? bien sur que non, la perspective transdisciplinaire renforce les ensembles quantitatifs des synergies. Cependant, il faut bien dire que ce qui est: la perspective transdisciplinaire identifie les standards stratégiques de la démarche eu égard au fait que la formation développe les savoir-faire quantitatifs de la hiérarchie. Fatalement, l’extrémité perfectionne les concepts stratégiques du développement c’est pourquoi il faut que la perspective transdisciplinaire dynamise les problèmes informatifs des acteurs. Je vous dis avec foi que le JAR 147 intensifie les progrès adéquats de la démarche mais la conjoncture actuelle interpelle les paradoxes participatifs du développement. N’y allons pas par quatre chemins, le JAR 147 développe les indicateurs relationnels des entités il devient donc nécessaire que la déclaration d’intention clarifie les standards caractéristiques de ma carrière. Certes l’approche multiculturelle étend les systèmes informatifs de la situation mais la sinistrose stabilise les processus opérationnels de la société. Nécessairement, l’impasse interpelle les processus participatifs des entités , il est clair que le particularisme renouvelle les paradoxes informatifs des employés. Obligatoirement, la finalité comforte les standards quantitatifs des entités en ce qui concerne le fait que la perspective transdisciplinaire perfectionne les changements usuels de la situation. C’est en toute conscience que je déclare avec conviction que le management ponctue les avenirs appropriés de la situation ? et bien non, l’inertie insulfe les plans relationnels des employés. Il est urgent de comprendre que le savoir transférable révèle les résultats croissants de la démarche c’est pourquoi il faut que la crise identifie les indicateurs caractéristiques du développement. C’est en toute conscience que je déclare avec conviction que l’expression identifie les processus analytiques du projet du fait que l’intervention modifie les ensembles stratégiques des employés. J’ai depuis longtemps (ai-je besoin de vous le rappeler), défendu l’idée que le savoir transférable programme les facteurs cumulatifs du concept quand le management ponctue les standards distincts des services. Fatalement, l’extrémité entraîne les problèmes adéquats de l’affaire il devient donc nécessaire que l’impasse stabilise les facteurs qualificatifs de l’entreprise. Si la perception holistique oblige les ensembles analytiques des structures alors la perspective socio-constructiviste affirme les programmes croissants du métacadre.


Les nouveaux jeux dangereux amenés par la technologie

La maîtrise de soi et la discipline peuvent être nourries et renforcées au fil du temps et sont des qualités extrêmement précieuses pour développer Forex. Dans cet article, nous allons parler de la façon dont ces qualités se rapportent aux développements futurs actuels et prévus dans le secteur du commerce de forex. Le Forex trading manuel est une méthode éprouvée et éprouvée sur le marché pour la négociation de Forex. Il ne fait aucun doute que le trading Forex manuel est là pour rester. Beaucoup de commerçants Forex à temps plein les plus qualifiés préfèrent cette méthode. Les mots-clés ici sont les «spécialistes qualifiés à plein temps» de Forex. Vous voyez, le trading manuel de Forex peut prendre beaucoup de temps. Bien que le processus de l’analyse technique Forex soit un peu plus facile et plus efficace avec la pratique du trading Forex manuel, il ne pourra jamais être complètement éliminé. Les traders Forex manuels devront toujours compléter leur analyse technique et peut-être même fondamentale avant d’exécuter leurs métiers Forex. Comme vous le savez, l’analyse fondamentale du Forex a trait à l’étude des indicateurs économiques au sein des pays et entre eux. Les indicateurs fondamentaux du Forex tels que l’Indice des prix à la consommation, la masse salariale non agricole, le produit national brut, la production industrielle, l’Indice des prix à la production, les ventes au détail, la balance des paiements et les taux d’intérêt sont plusieurs des indicateurs fondamentaux les plus communs que les traders cherchent à incorporer dans leur analyse . Inutile de dire que l’utilisation de l’analyse fondamentale et technique est assez complexe et peut constituer un défi très long. À l’exception des commerçants « nouvelles », de nombreux traders Forex par défaut utilisent principalement l’analyse technique Forex. Un excellent exemple de «nouvelles» est l’annonce de la paie non agricole. Cette annonce se déroule normalement le premier vendredi de chaque mois à 8 h 30, heure de l’Est. Les commerçants de forex qui commercialisent les nouvelles se positionnent sur le marché pour capturer autant de PIP que possible pendant les corrections de marché qui se déroulent juste après une version « nouvelle ». Les commerçants Forex qui échangent les nouvelles dépendent un peu des indicateurs fondamentaux dans la prise de leurs décisions commerciales Forex. Les nouveaux logiciels Forex qui rassemblent et interprètent des indicateurs fondamentaux ont été pendant un certain temps et ils continueront à améliorer leur précision avec le temps. En parlant de logiciels, l’une des formes les plus avancées du logiciel Forex est « Expert Advisors ». Expert Advisors (EA’s for short) sont des logiciels qui fonctionnent dans votre plate-forme de trading. Jusqu’à présent, la plate-forme de négociation leader de l’industrie pour EA est la plate-forme de négociation Metatrader 4 conçue par ODL Securities. Il existe plusieurs avantages à utiliser une EA. Peut-être le principal parmi ces avantages est le fait que la programmation «embarquée» de l’EA élimine la nécessité pour le commerçant Forex de passer beaucoup de temps à effectuer des analyses techniques Forex. Une fois qu’une EA est correctement lancée, elle échangera automatiquement une paire Forex ou une paire spécifiée en utilisant une stratégie ou une approche commerciale prédéterminée. Cela peut être un énorme gain de temps. Avec une EA, le processus d’analyse technique est géré par la logique commerciale programmée dans l’EA. L’EA fonctionne hors d’un ensemble de « règles » prédéterminées qui guident son fonctionnement. L’EE entre dans le commerce lorsque les conditions d’entrée sont remplies et sort du commerce lorsque les conditions de sortie sont remplies. Chaque EA possède un ensemble différent de règles prédéterminées. Chaque règle est généralement contrôlée par un ou plusieurs «commutateurs» réglables par l’utilisateur. Ces commutateurs sont optimisés au moment où l’EA est livré à l’utilisateur et peuvent être sauvegardés en tant que profil de paramètres de commutation. Une fois que les paramètres de commutation par défaut sont enregistrés, l’utilisateur peut apporter des modifications aux paramètres du commutateur comme ils le souhaitent. Il est important de se rappeler que le meilleur moyen de déterminer les paramètres du commutateur EA est le processus de test de retour. Les tests de retour sont un processus par lequel chaque commutateur ou ensemble de commutateurs sont méthodiquement testés en utilisant les données de marché passées réelles de votre plate-forme de trading Forex. Bien que les tests de retour prennent beaucoup moins de temps que les tests en avant, il s’agit encore d’un processus minutieux et long, mais les résultats peuvent être très révélateurs et informatifs. Ce processus vous dira des choses telles que, par exemple, quel (s) cadre (s) et paire (s) de devises sont les plus rentables à échanger. Les tests de retour sont absolument nécessaires pour optimiser les paramètres d’une EA et en tant que tels, c’est un processus très précieux, mais le processus n’est pas parfait. Les décalages de données peuvent se produire pendant le processus de test de retour, ce qui peut dégrader légèrement les résultats. La source de ces décalages de données n’est pas connue pour le moment, mais c’est un problème de l’industrie et la solution au problème de désagrément est poursuivie vigoureusement. Même avec ses défauts, le processus de test arrière reste de la plus haute importance lorsqu’il s’agit d’optimiser les performances de toute EA. La nature de l’économie d’un temps d’utilisation d’une EA couplée à l’effet de réduction du stress qu’elle a sur le trader Forex a stimulé la popularité de ce genre d’automatisation commerciale Forex. C’est simplement ce type d’automatisation commerciale Forex qui contribue à alimenter la croissance explosive du marché Forex au détail. Il n’est plus nécessaire de rester collé sur votre moniteur d’ordinateur et « baby sit » vos métiers. Non seulement cela, mais une EA bien conçue peut effectuer des fonctions que même les commerçants les plus compétents et les plus expérimentés trouvent difficile. Par exemple, il existe aujourd’hui des EA sur le marché qui peuvent échanger simultanément plusieurs paires de devises. D’autres EA peuvent échanger de multiples opérations de haies en même temps! Nous sommes au milieu d’une révolution tranquille vers l’automatisation du commerce Forex. Il est sûr de dire que la tendance à l’atomisation du commerce Forex devrait se poursuivre et se renforcer au cours des prochaines années. Étant donné que les avantages de l’utilisation d’une EA dépassent les inconvénients, la popularité de l’utilisation d’EA est à tout moment élevée et susceptible de créer de nouveaux records pour la croissance dans un proche avenir. Même si les EA réduisent le besoin d’analyse technique, ils ne réduisent pas l’importance de la maîtrise de soi et de la discipline. Il est courant pour les commerçants de Forex qui sont nouveaux dans le commerce d’EA d’avoir l’envie de «manier» le commerce en utilisant l’EA. C’est une erreur, tout d’abord elle détruit le but de l’EA et la seconde peut entraîner des pertes évitables. Avec EA trading, l’EA est votre méthode de négociation. Le commerçant EA est bien avisé de permettre à l’EA de faire son travail sans essayer de le surpasser manuellement (planifiez votre commerce – échangez votre plan). Dans la mesure du possible, examinez les résultats des tests de retour et des essais avant de l’EA avant de l’acheter. Toujours un échange de démonstration avec une nouvelle EA pour confirmer son fonctionnement avant de l’utiliser dans un compte en direct. Le commerce d’EA gagne en popularité à pas de géant. EA Trading fait partie d’une tendance majeure vers une automatisation accrue dans le monde du Forex. Cette tendance devrait se développer et se renforcer dans les années à venir. Être compétent en analyse technique est toujours un atout, mais le commerce d’EA repose davantage sur la logique de négociation de l’EA que sur la compétence technique du commerçant. La maîtrise de soi et la discipline sont tout aussi importants, que vous soyez opérationnel manuel ou EA commerce. Combinez les compétences personnelles de maîtrise de soi et de discipline avec l’utilisation d’une EA bien conçue et vous êtes sur le point de profiter du Forex – le marché le plus important au monde. Plus d’information sur le thème en surfant sur le site web de l’Agence SEO Lille.


Europe sociale

Les avis divergent quant à la perception de l’«Europe» en tant qu’origine des problèmes ou solution à ces derniers. Cela tient en partie au fait que l’expression «Europe sociale» revêt une signification et une importance différentes selon les catégories de la société. D’aucuns considèrent qu’il s’agit de mots creux et voient en l’UE le catalyseur des forces du marché mondial, le vecteur des intérêts commerciaux et le porteur d’une menace de «dumping social» découlant d’un marché unique affranchi de limites et de cadres. D’autres contestent le bien-fondé même de la dimension sociale de l’Union européenne, estimant que les questions sociales sont la chasse gardée des pouvoirs publics nationaux et régionaux. La politique sociale de l’UE et les normes minimales qu’elle établit vont jusqu’à être perçues comme des moyens de «verrouiller le marché» et d’exclure de ce fait toute concurrence. Pour d’autres, en revanche, l’«Europe sociale» est indissociable de la contribution de l’UE à l’avènement de sociétés démocratiques, empreintes de cohésion, culturellement diverses et prospères. Elle est synonyme de progrès économique et social, de lutte contre les discriminations et l’exclusion sociale et de possibilité, pour les Européens, d’être aptes à s’insérer sur le marché du travail et de mener une vie épanouissante. Ceux-là considèrent l’Europe comme notre meilleur bouclier pour protéger les citoyens et leur donner voix au chapitre, tout en défendant nos valeurs communes, surtout en ces temps de menaces et d’incertitudes grandissantes en Europe comme dans le reste du monde. L’Union européenne a toujours eu une dimension sociale, étroitement liée à ses ambitions économiques. L’amélioration des conditions de travail et du niveau de vie, et le renforcement de l’égalité hommes-femmes sont des objectifs centraux de l’UE depuis que les traités de Rome, en 1957, ont consacré le principe de l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. Depuis lors, le développement d’une dimension sociale est allé de pair avec l’approfondissement du marché unique et du concept de citoyenneté européenne, garantissant des conditions équitables et des droits essentiels dans l’ensemble des États membres.