Le monde des loisirs

L’impact des attentats sur le tourisme à Paris

Annulations, départs anticipés et désaffection, l’ensemble des établissements, toutes catégories confondues, a été touché par les événements du 13 novembre 2015. Les cafés, bars et brasserie affichent un taux d’occupation pour la semaine du 13 au 19 novembre de -38% par rapport à la semaine précédente et de -44% quand il est comparé à la même semaine de l’année 2014. Le taux d’occupation prévisionnel pour les fêtes de fin d’année (du 20 au 31 décembre) est quant à lui de -35%. Les chiffres relatifs aux hôtels sont également en très forte baisse: le taux d’occupation pour la semaine du 13 au 19 novembre, comparé à la semaine précédente, est de -51%. Il chute à -57% par rapport à la même période l’année dernière. Le taux d’occupation prévisionnel pour les fêtes de fin d’année (du 20 au 31 décembre) est quant à lui de -34%. Les restaurants ne sont pas épargnés, le taux d’occupation est de -38% par rapport à la semaine précédente. Il recule de 45% quand il est comparé à la même semaine de l’année 2014. Le taux d’occupation prévisionnel pour les fêtes de fin d’année (du 20 au 31 décembre) est actuellement de -27%. Les traiteurs organisateurs de réceptions sont aussi très touchés en raison de l’annulation quasi-systématique de l’ensemble des manifestations. « Ils sont à l’évidence en sursis enregistrant des annulations de près de 80% de leur activité tandis que d’autres déplorent d’ores et déjà la perte de 25% de leur CA prévisionnel », ajoute le SYNHORCAT-GNI. Une délégation du SYNHORCAT-GNI, conduite par monsieur Didier Chenet, président de l’organisation, a rencontré Martine Pinville, Secrétaire d’État chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Économie Sociale et Solidaire le 19 novembre. Le syndicat a réclamé aux Autorités des mesures fortes. Il explique: « Au regard des annulations atteignant des proportions bien supérieures à celles de janvier 2015, de très nombreux professionnels, déjà fragilisés par la crise, doivent tout mettre en œuvre pour la pérennité de leurs établissements et éviter leur fermeture pour raisons économiques ». Le syndicat demande notamments aux pouvoirs publics de renforcer la sécurité du pays et de veiller à la sécurité des différents établissements en déployant des forces de l’ordre dans les rues. « Il est important d’obtenir des consignes de sécurité claires du Ministère de l’Intérieur ou des Préfectures, pour pouvoir les appliquer et les afficher dans nos différents établissements ». Il ajoute: « Nos professionnels ne demandent pas l’aumône et souhaitent vivre des revenus de leur travail, aussi il est demandé de ne pas annuler systématiquement les manifestations prévues, mais uniquement en cas de menaces ou de danger imminents ».


Categorised as: Tous


Comments are closed.