Le monde des loisirs

Les marchands du temple, vus du ciel

La semaine dernière, je me suis rendu dans les Hautes-Pyrénées pour accompagner un ami qui effectuait une initiation au pilotage d’avion. Une expérience exaltante qui m’a bien donné envie de me lancer à mon tour, mais ce n’est pas le propos de cet article. Car ce jour-là, nous avons survolé la ville de Lourdes, dont les rues fourmillaient malgré la saison automnale. La vue qui s’offrait à nous depuis le cockpit était si effarante que nous nous sommes décidés, sur le chemin du retour,à faire un détour en voiture pour voir de plus près ce haut lieu de pèlerinage. Pour la petite histoire : en 1858, dans la grotte de Massabielle que longe le gave de Pau, la Vierge serait apparue dix-huit fois à Bernadette Soubirous, fillette quasiment illettrée et servante de son état. Quatre ans plus tard, l’Ég1ise accréditait le miracle. La foi populaire aidant, Lourdes, qui n’était à l’origine qu’une modeste bourgade, dédaignée par le tourisme thermal alors en vogue dans les Pyrénées, prit l’aspect d’un vaste caravansérail. De nos jours, au pied de la forteresse ancrée sur son piton rocheux, la cité mariale abrite le plus grand centre de pèlerinage du monde chrétien ! Près de 6 millions de fidèles se rendent chaque année dans ses sanctuaires. Bernadette Mouse a désormais son parc d’attractions ! Si le quartier ancien de Lourdes, entre la rue Saint-Pierre et le château, conserve des vestiges du Moyen Âge, la ville actuelle ressemble à un déambulatoire encombré de mobilier sacerdotal. Les basiliques s’y empilent, le clocher de Notre-Dame-du-Rosaire coiffant la nef de l’Immaculée-Conception. Chapelles, escaliers, couvents, hôtels (on en dénombre 230 !) s’enchevêtrent au milieu de rues piétonnes vouées aux marchands d’images pieuses, voire de marques de luxe. Le décor saint-sulpicien peut révulser comme fasciner. Tout comme l’ellipse souterraine en béton armé de la basilique Saint-Pie X. À l’entrée de la grotte miraculeuse, éclairée par un candélabre monumental, la ferveur est intense et palpable. Brancardiers, accompagnateurs, croyants handicapés ou valides s’y tiennent en prière. C’est là qu’officient les « feutiers » avec leurs gants de cuir, soutiers du culte chargés de nettoyer les brûle-cierges. Vous n’en verrez nulle part ailleurs. A voir cet enchevêtrement invraisemblable de vitrines, présentant pêle-mêle ex-votos et parfums de luxe, sacs à main et images pieuses, je n’ai pu m’empêcher au seul moment connu de la vie du Christ où celui-ci s’énerva : c’était contre les marchands du temple. Pour terminer sur une note plus légère : ce vol en avion était sensationnel, à tel point que j’hésite à me lancer à mon tour. J’ai découvert qu’il existait des initiations du même type près de chez moi. A retrouver en détail sur le site de Pilotage Avion.


Categorised as: aviation


Comments are closed.