Le monde des loisirs

Cannes et le Moyen Orient

Ils commencent à arriver mais pour l’instant, ce n’est pas la grande envolée. » « Ils », ce sont ces riches touristes arabes en provenance d’Arabie Saoudite, du Qatar ou bien encore du Liban. Ces touristes au fort pouvoir d’achat qui investissent année après année la Croisette, ses luxueux palaces et ses plages très privées. Une manne financière importante pour l’industrie locale. Voire indispensable. Michel Chevillon le sait. Et si le président du Syndicat des Hôteliers de Cannes s’enthousiasme devant les chiffres d’une cuvée 2011 qu’il qualifie de «gros succès », il consent que cette nouvelle saison estivale s’annonce plus délicate.

Car s’il est encore trop tôt pour juger de l’impact causé par la mort, la semaine dernière, du prince Nayef ben Abdel Aziz, héritier de la couronne d’Arabie Saoudite, on sait déjà que le ramadan (du 20 juillet au 20 août), devrait apporter son lot d’incertitudes. « La venue à Cannes de cette clientèle a été anticipée. Alors qu’ils nous avaient habitués à arriver mi-juillet, ils seront là cette année dès la fin du mois de juin. Au mieux. Leurs séjours devraient donc être plus courts dans la mesure où ils devront repartir avant le 19 juillet. Le ramadan aura un impact, c’est certain. »

Un impact sur les palaces cannois en premier lieu. « Ici, on ne parle pas de réservations de chambres mais de réservations de dizaines de chambres, voire d’étages entiers »,poursuit Michel Chevillon. Le Carlton, qui bat pavillon qatari depuis quelques semaines, le Majestic-Barrière et, à un degré moindre, le Marriott pourraient ainsi regretter l’absence de ces clients fortunés. De son côté, le Martinez se targue de n’avoir pas déployé toute son énergie pour séduire ces derniers. « Contrairement à certains de nos concurrents, la clientèle moyen-orientale n’est pas surreprésentée dans notre établissement. L’été dernier, elle représentait 35 % de notre clientèle globale ce qui n’est pas démesuré. »Et d’ajouter :« A fortiori cette année quand on sait que les visas sont délivrés moins facilement… »

Un choix que semble également avoir fait la ville de Cannes comme le confirme Isabelle Gainche, directrice Commercial et Marketing du Palais des Festivals et des Congrès : « Cette clientèle correspond à seulement 6 % de la totalité des touristes fréquentant la destination Cannes l’été. Loin derrière les Américains, les Anglais, les Italiens ou même… les Français. Surtout, cette clientèle n’est présente que durant une période très marquée. Le reste de l’année, elle s’envole pour les îles, les États-Unis, la Suisse… Alors, même si nous avons une représentante rattachée au marché du Moyen-Orient, c’est vrai que nous consacrons plus de moyens financiers pour séduire des clients brésiliens, russes, indiens et chinois. Ce que nous appelons le BRIC. Des clients parfois tout aussi riches mais qui peuvent venir tout au long de l’année et qui fréquentent tous types d’établissements. » Une stratégie qui, cet été, pourrait s’avérer payante.


Categorised as: Tous


Comments are closed.